Le col français

C’est celui qui est porté le plus couramment. Appelé aussi col classique, il est à la fois business et décontracté, et peut être porté à toute occasion : avec une chemise blanche boutonnée pour un look sérieux, déboutonnée pour une silhouette plus casual, avec une cravate pour davantage d’élégance. La légère ouverture du col et la largeur bien équilibrée des pointes affineront les visages les plus ronds.

Le col italien

La différence majeure avec le col français tient dans l’écartement de ses pointes, beaucoup plus large pour l’italien. Il se porte avec une cravate assez large – le nœud Windsor lui est particulièrement adapté –, ou sans pour un style décontracté. Les pointes peuvent accueillir des baleines : on vous conseille de les utiliser pour éviter que le col ne devienne trop souple. À bannir si votre homme a un fort tour de cou !

Le col anglais

Facilement reconnaissable avec sa petite patte qui relie les deux côtés du col, il est absolument déconseillé sans cravate ! Car cette petite singularité n’est pas que esthétique : elle sert à mettre en avant le nœud de cravate en le relevant. Bien que ses pointes, très rapprochées, ne font pas bon ménage avec le nœud pap, le col anglais est plutôt destiné aux tenues habillées ou business : il sera idéal pour accompagner votre robe longue.

Le col américain

C’est un modèle très sport : les deux pointes sont boutonnées à leur extrémité, rendant difficile et pas très élégant le port de la cravate. Appelé aussi col polo – les joueurs de polo l’utilisaient pour éviter que le col se relève dans le visage ! –, il peut être porté sous une veste pour une allure décontractée, mais chic. À éviter pour les visages allongés.

Le col officier

Souvent confondu avec le col mao, c’est un simple pied de col, sans revers, avec un bouton unique. Peu large et léger, il doit être porté sans accessoire : cravate, nœud pap, smoking sont prohibés ! En revanche, il faut jouer avec la hauteur du cou de votre ami pour trouver la bonne harmonie. Idéal pour des tenues décontractées comme avec un jean ou un pantalon chino.

Le col cassé

Sa découpe est très particulière : ce col n’est porté qu’en compagnie d’un smoking, d’un frac ou d’un queue-de-pie. Ses lignes mettent en valeur un nœud papillon ou une lavallière, il se porterait ainsi très mal déboutonné ou avec une cravate. Il est donc considéré comme très formel. À garder pour les grandes occasions !

Le col club

Il ressemble à notre col Claudine, à la différence près qu’il possède tout de même un pied de col. Ses extrémités sont arrondies, lui conférant un look plutôt informel qui n’empêche pas le port de la cravate ou du nœud pap’. À offrir à un homme qui maîtrise l’allure dandy !